« Enquête Nationale sur la Migration Internationale », l’Institut National de la Statistique (INS), en collaboration avec l’Observatoire National de la Migration (ONM), 07 décembre 2021.

Dans le cadre de l’enquête, un immigré (ou un résidant étranger en Tunisie) est toute personne qui réside sur le territoire pour une durée minimale de six mois. Cette population comprend toutes les personnes de nationalité étrangère titulaires ou non d’une autorisation de résidence en Tunisie. Selon cette définition, son effectif au moment de l’enquête serait de près de 59.000 individus.

En termes de région géographique de provenance des immigrés, trois régions dominent : l’Europe (18,5%), le Maghreb (37%) et les autres pays d’Afrique (36,4%). Il est à noter que la situation pandémique critique, au moment de l’enquête, a provoqué un départ significatif de ressortissants européens vers leurs pays d’origine, leur statut de résidence ainsi que l’assistance des autorités de leurs pays ayant facilité leur mobilité au cours de cette période.

La population immigrée originaire des pays d’Afrique hors Maghreb est celle ayant enregistré la plus forte croissance sur les dernières années, son effectif estimé passant de 7.200 individus en 2014 (selon le dernier recensement de la population) à 21.466 au moment de l’enquête.

La population immigrée réside, essentiellement, dans deux régions du pays : près de 80% habitent soit le Grand Tunis soit le Centre-est. Ces deux régions côtières se caractérisent par une infrastructure moderne par rapport aux autres régions, de meilleures opportunités d’emploi, une présence et accessibilité aux principaux services et une densité importante des établissements d’enseignement supérieur.

Les immigrés entrés en Tunisie déclarent y être venus principalement pour trois raisons : le mariage ou le regroupement familial dans 36,6% des cas, l’emploi et l’amélioration des conditions de vie pour 35,1% des migrants et les études dans 15,5% des cas.

Six migrants sur dix envisagent de rester en Tunisie. Parmi ceux qui déclarent avoir l’intention de quitter, deux tiers entendent retourner au pays d’origine, un quart veut quitter vers d’autres pays et un dixième se déclare indécis.

« Enquête Nationale sur la Migration Internationale », l’Institut National de la Statistique (INS), en collaboration avec l’Observatoire National de la Migration (ONM), 07 décembre 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici